top of page
  • Photo du rédacteurPierre Otis

MAXIMISER LES INTERVENTIONS DE DÉSHERBAGE EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE

Introduction et Contexte

La science de l'agriculture a toujours été au cœur du développement humain. Depuis que nos ancêtres chasseurs-cueilleurs ont commencé à semer des graines et à récolter des cultures, nous avons cherché à comprendre et à améliorer les processus de croissance des plantes. Au Québec, une région connue pour son climat diversifié et ses sols fertiles, l'agriculture joue un rôle central dans l'économie locale. En particulier, la culture des céréales, qui forme une grande partie de l'agriculture de la province, est une activité essentielle. Dans cet esprit, l'importance de recueillir des données d'observation de la croissance des céréales ne peut être surestimée.


Au Québec, les entreprises agricoles peuvent bénéficier des différentes subventions pour faire leur diagnostique numérique et pour exécuter leur plan de numérisation. Différents programmes de subvention relevant du MAPAQ, du MEI, du CRIBIQ ou d'Agriculture Canada sont accessibles aux agriculteurs.


La culture des céréales, comme toute autre culture, doit faire face à une variété de défis, notamment les mauvaises herbes. Les mauvaises herbes sont une préoccupation majeure pour les agriculteurs car elles concurrencent directement les cultures pour les ressources essentielles comme l'eau, la lumière et les nutriments, réduisant ainsi le rendement potentiel. Dans l'agriculture conventionnelle, les pesticides sont couramment utilisés pour contrôler les mauvaises herbes. Cependant, dans l'agriculture biologique, les pesticides synthétiques sont interdits. Cela oblige les agriculteurs biologiques à adopter des méthodes alternatives de gestion des mauvaises herbes.


C'est ici que la collecte de données d'observation de la croissance des céréales entre en jeu. En recueillant des données précises sur la croissance des céréales, les agriculteurs peuvent identifier les périodes clés où les mauvaises herbes sont susceptibles de causer le plus de dommages. Ces informations peuvent ensuite être utilisées pour planifier des interventions de désherbage plus efficaces et plus ciblées, maximisant ainsi la productivité tout en respectant les principes de l'agriculture biologique.


L'importance des données d'observation de la croissance des céréales

Les céréales, comme toutes les plantes, passent par différentes phases de croissance, allant de la germination à la maturation. Chaque phase a des caractéristiques uniques et est affectée différemment par des facteurs environnementaux tels que la température, la lumière et la disponibilité en eau et en nutriments. Par conséquent, comprendre les différentes phases de croissance des céréales et comment elles interagissent avec l'environnement est essentiel pour une gestion efficace des mauvaises herbes.


Les données d'observation de la croissance des céréales peuvent inclure des informations sur la taille de la plante, la densité de la population de plantes, le taux de croissance, la date de la floraison, le rendement potentiel et bien d'autres facteurs. Ces données peuvent être collectées par diverses méthodes, y compris l'observation directe, l'utilisation de capteurs (IoT), l'imagerie par drone et même les satellites.


En recueillant ces données, les agriculteurs peuvent non seulement suivre la santé et le développement de leurs cultures, mais aussi prédire comment elles seront affectées par les mauvaises herbes. Par exemple, si les données indiquent que les céréales sont en phase de croissance rapide, cela pourrait signifier qu'elles sont plus susceptibles de surpasser les mauvaises herbes pour les ressources. En revanche, si les céréales sont en phase de dormance ou de croissance lente, les mauvaises herbes pourraient avoir un avantage.


Utiliser les données pour maximiser les interventions de désherbage

Une fois que les données d'observation de la croissance des céréales ont été collectées et analysées, elles peuvent être utilisées pour informer la planification et la mise en œuvre des interventions de désherbage. L'objectif est de maximiser l'efficacité de ces interventions en les ciblant au moment où elles auront le plus d'impact.


Une stratégie pourrait consister à synchroniser les interventions de désherbage avec les périodes de croissance rapide des céréales. Pendant ces périodes, les céréales sont plus susceptibles de surpasser les mauvaises herbes, donc un désherbage ciblé pourrait aider à réduire encore plus la concurrence des mauvaises herbes.


Une autre stratégie pourrait consister à utiliser les données pour identifier les zones du champ qui sont plus susceptibles d'être infestées de mauvaises herbes. Par exemple, si les données montrent que certaines zones ont une croissance plus lente ou un rendement potentiel plus faible, cela pourrait indiquer une concurrence accrue de la part des mauvaises herbes. Ces zones pourraient alors être ciblées pour des interventions de désherbage plus intensives.


Le tableau de bord d’observations

Lors de la conception d'un tableau de bord pour visualiser la compétition entre la culture principale (céréale) et les mauvaises herbes, il est important d'inclure des indicateurs qui reflètent l'état de croissance des deux parties et la mesure dans laquelle l'une affecte l'autre. Voici quelques indicateurs potentiels qui pourraient être inclus :

  1. Densité de la population de céréales : Le nombre de plants de céréales par unité de surface. Un nombre plus élevé peut indiquer une meilleure capacité à concurrencer les mauvaises herbes.

  2. Densité de la population de mauvaises herbes : Le nombre de plants de mauvaises herbes par unité de surface. Un nombre plus élevé peut indiquer une pression plus élevée sur les céréales.

  3. Taux de croissance des céréales : La vitesse à laquelle les céréales se développent, souvent mesurée en hauteur ou en biomasse. Un taux de croissance plus élevé peut indiquer une meilleure capacité à concurrencer les mauvaises herbes.

  4. Taux de croissance des mauvaises herbes : La vitesse à laquelle les mauvaises herbes se développent. Un taux de croissance plus élevé peut indiquer une plus grande menace pour les céréales.

  5. Phase de croissance des céréales : Le stade de développement des céréales (par exemple, germination, tallage, épiage, etc.). Certaines phases peuvent être plus susceptibles que d'autres à la concurrence des mauvaises herbes.

  6. Phase de croissance des mauvaises herbes : Le stade de développement des mauvaises herbes. Certaines phases peuvent être plus compétitives que d'autres.

  7. Interventions de désherbage : Les dates et les types d'interventions de désherbage utilisées. Cela peut aider à évaluer l'efficacité des différentes interventions.

  8. Rendement potentiel des céréales : Une estimation de la quantité de céréales qui sera récoltée. Un rendement potentiel plus faible peut indiquer une pression accrue de la part des mauvaises herbes.

  9. État de santé des céréales : Basé sur l'observation visuelle ou la télédétection (par exemple, l'indice de végétation par différence normalisée, ou NDVI). Une santé médiocre peut indiquer une concurrence accrue de la part des mauvaises herbes.

  10. Climat et conditions météorologiques : Des facteurs comme la température, la pluie, et la luminosité peuvent affecter la croissance des céréales et des mauvaises herbes.

Ces indicateurs, lorsqu'ils sont visualisés ensemble, peuvent donner une image claire de la dynamique de la compétition entre les céréales et les mauvaises herbes. Cela peut aider les agriculteurs à prendre des décisions éclairées sur le moment et la méthode des interventions de désherbage.


Conclusion

La collecte de données d'observation de la croissance des céréales est un outil précieux pour les agriculteurs biologiques au Québec et ailleurs. En comprenant mieux comment leurs cultures se développent et interagissent avec leur environnement, ils peuvent planifier et mettre en œuvre des interventions de désherbage plus efficaces.

En fin de compte, cela signifie une agriculture plus durable et plus productive, qui profite non seulement aux agriculteurs, mais aussi à l'économie locale et à l'environnement. Avec l'augmentation de la demande pour les produits biologiques, il n'a jamais été aussi important de maximiser la productivité tout en respectant les principes de l'agriculture biologique. La collecte de données d'observation de la croissance des céréales est un moyen essentiel d'y parvenir.


Dans un prochain blogue, nous verrons quels outils informatiques peuvent aider l’agriculteur recueillir et à visualiser ses données.

Source : agrisoft.ai

Comments


bottom of page